.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'amour c'est compliqué... Pourtant, on ne pourrait pas vivre sans. [Pv Jude]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Watashi wa
Invité desu

avatar



MessageSujet: L'amour c'est compliqué... Pourtant, on ne pourrait pas vivre sans. [Pv Jude]   Dim 6 Oct - 5:39

Jude & Mee Na
« L'amour c'est compliqué... Pourtant, on ne pourrait pas vivre sans. »



Le temps était gris et pluvieux sur Tokyo aujourd’hui. Contrairement à certains, j’aimais ce genre de temps. Regarder la pluie tomber pendant des heures était quelque chose de reposant, de presque hypnotique. Assise sur ma chaise, le regard tourné vers la fenêtre, je ne prête aucune attention au cours d’histoire se déroulant en ce moment même devant moi. Mon attention tout entière est focalisée sur ses gouttes d’eau tombant une à une du ciel dans une douce mélodie. Pourquoi le ciel pleure t-il ? Je suppose que d’être confronter à la bêtise humaine chaque jour ne doit pas être facile à voire, et que parfois il doit verser des larmes de désespoir, de tristesse. Mon humeur et le ciel étaient en parfaite harmonie aujourd’hui. Je me sentais lasse, démoralisée. Ma vie ne m’appartenait pas, j’étais bloquée dans une spirale infernale dont je n’arrivais pas à me détacher malgré les efforts que je faisais. J’avais bien trouvé il y a quelque temps un rayon de soleil, éclairant les ténèbres dans lesquelles je me trouvais, juste un rayon mais cela avait suffit à me redonner l’espoir que les choses pourraient changer. Mais il y a quelques jours, ce rayon à totalement disparu, me laissant de nouveau dans le noir complet. Dieu seul sait à quel point j’avais pus m’attacher à ce rayon de soleil du nom de Jude, mais comme je l’avais prévu dès l’instant où il avait commencé à illuminer ma vie ; sa clarté ne serait qu’éphémère.

Ce n’est qu’au bout de la troisième fois que j’entendis clairement le professeur prononcer mon nom pour me dire de me concentrer. Mais aussitôt celui-ci retourné, je repartais également de mon côté à la contemplation de la pluie. Etrangement, cela me faisait penser à l’amour. La pluie tombe comme on tombe amoureux, en déjouant les prévisions. C’est tellement vrai. Qui aurait pus prédire que je tomberais amoureuse de cette homme légèrement plus âgé que moi, surveillant du lycée la journée, s’adonnant aux plaisirs nocturne la nuit. Je le connaissais dans les deux univers, je connaissais ce que les autres disaient de lui, mais quand je l’avais en face de moi je ne pouvais m’empêcher de ressentir une différence. Mon cœur s’était peu à peu ouvert à lui et maintenant il était encré à l’intérieur, profondément, assez pour que l’idée de ne jamais pouvoir être près de lui me fasse un mal fou. Je ne l’avais pas recroisé depuis cette fameuse nuit où l’identité d’Angel avait été révélée, le laissant choqué, m’ayant bien fait comprendre que notre différence d’âge ne lui permettait pas de m’aimer en retour. Que pouvais-je faire ? Que pouvais-je répondre ? Si c’était sa décision je la respecterais, après tout on ne peut pas forcer les sentiments de quelqu’un. Je devais bien avoué être pour quelque chose dans le fait que l’on ne se soit jamais croisé. Les deux premiers jours je n’étais simplement pas venu au lycée, attendant que les blessures infligée par mon père disparaissent un minimum, ensuite j’avais bien entendu tout fait pour l’éviter. Je ne voulais pas le voir, ce serait trop difficile je préférais encore tout faire pour ne pas que nos routes se croise, par chance le lycée était assez grand.

La sonnerie retentit pour annoncer la fin des cours. Je fus lente à ranger mes affaires, et la dernière à quitter la salle. C’était l’heure de la réunion avec le club de musique. En temps normal, ce moment m remplissait de joie et me redonnais la bonne humeur, tout simplement parce que la musique occupait une partie très importante dans ma vie, c’était la seul réelle échappatoire que j’avais pour m’évader de ce monde. Mais il y avait quelque chose de différent aujourd’hui. Je n’étais pas ravie de devoir y aller. La cause en était toute simple ; Jude en était l’administrateur, du coup il serait présent. Je ne voulais pas le voir, mais en même temps je ne voulais pas renoncer à ce que j’aimais à cause d’un homme qui pense que l’âge peut être une barrière à l’amour. J’irais, c’et décidé, mais je ferais tout mon possible pour ne pas le regarder, pour ne pas lui parler. Il y avait bien assez de monde au club pour que je n’ai pas à lui adresser plus de deux mots. Marchant lentement dans les couloirs, je rejoignis encore bien trop vite à mon goût la salle de musique. La main sur la poignet, j’hésitais l’espace de quelques secondes à ouvrir la porte. Rassemblant tout mon courage je finis par le faire…

Quelle ne fus pas ma surprise en découvrant… Bah rien du tout justement, il n’y avait personne, tout était noir. Je ne comprenais pas… La réunion avait été annulée ? Je pris mon téléphone et constata que ce dernier était éteint. J’allumais donc la lumière tout en attendant que mon portable s’allume. Je constatais qu’une des filles du club m’avait laissé un message pour m’informer justement de l’annulation pour aujourd’hui. Je soupirais, je m’étais angoissée pour rien. Je rangeais mon portable et regardais autour de moi. Que faire ? Les cours étaient finis, je devrais rentrer ? Mes yeux qui parcouraient la salle du regard finirent par s’arrêter sur le piano qui se trouvait dans un coin au fond de la pièce. Etrangement, chaque fois que je voyais un piano je me sentais attiré vers lui. Il n’y avait rien de mieux que la sensation qu’on éprouvait en jouant de cet instrument, enfin c’était mon avis. Je quittais donc la chaise sur laquelle je m’étais assise pour prendre place au piano. Je l’ouvris et caressa les touches rêveusement quelques instants. Bon après tout maintenant que j’étais là, et qu’il n’y avait personne pour m’embêter je pouvais bien rester un peu.

Jetant une dernière fois un regard à l’extérieur, je me mis à jouer. Je laissais mes mains choisir ce qu’elles voulaient jouer, et le résultat ne m’étonna pas. « Love » de Yiruma ( https://www.youtube.com/watch?v=BJPvIdgsajs ). J’aimais énormément cette mélodie, elle me parlait, évoquait en moi pleins d’émotions. Je jouais l’amour alors qu’il était en train de me briser, c’était assez ironique quand on y pense, mais peut importe. Je me laissais bercer par le son que produisais les touches sur lesquelles j’appuyais au fur et à mesure. Les yeux fermés, je me laissais totalement aller, laissant la musique envahir chaque parcelle de mon corps. Je sentis même quelques larmes montés, cette mélodie ne me rappelais que trop bien à côté de quoi je passais. Mais c’était la vie pas vraie ? L’amour c’était cruel, je devais simplement m’y faire, et continuer à le jouer sans ne jamais y prendre part, se serait tellement plus sage. Mais depuis quand on pouvait s’interdire d’aimer quand on était déjà entrain de le faire ? Je savais que mes sentiments pour Jude ne partiraient pas du jour au lendemain. Il allait falloir énormément de temps, ça serait long et difficile à surmonter. Je fus finalement tiré de toutes mes pensées par le bruit de la porte qui s’ouvrait, me faisant légèrement sursauter. J’avais toujours eu l’ouïe très fine, même le bruit du piano ne pouvait me cacher quoi que ce soit, c’est pour cela que parfois j’avais du mal à me concentrer pour jouer. Sentant une larme coulé, je l’essuyais rapidement avant de me retourner pour voir le nouvel arrivant…
Revenir en haut Aller en bas

Watashi wa
Invité desu

avatar



MessageSujet: Re: L'amour c'est compliqué... Pourtant, on ne pourrait pas vivre sans. [Pv Jude]   Dim 6 Oct - 23:34

jude & meena
Au delà des apparences, quand la réalité nous rattrape.


Il y a bien des choses que le temps ne pouvait changer ou même améliorer. Comme un vide qui s’agrandit au point de devenir le néant intersidéral. C'est un peu ce qu'a ressentit Jude ces derniers jours. Un vide. Un trou béant dans sa poitrine, comme si son coeur ne battait plus. Il se souvient encore de ce jeu avec son élève, Fuyusuke, et cette stupide lettre qu'il avait écrit pour une jeune fille. à ce moment, il se tortillait de gêne en imaginant le bout de papier entre les doigts de la sensuelle danseuse. Aujourd'hui, il en déprime. Cette lettre.... Qu'est-elle devenu finalement ? Sûrement que la fameuse Angel ne l'avait jamais reçu et qu'elle ignorait complètement ses véritables sentiments. Jude se voilait la face. Il s’interdisait d'aimer pour un protocole complètement idiot. L'âge. évidemment que l'âge avait une importance en amour, surtout si l'un était majeur et l'autre mineur. Comment aimer une élève sans craindre le pire ? Renvoie, suspension, ou qu'importe le résultat à cette amour. Mee Na devait souffrir par sa faute, elle devait pleurer par sa faute et Jude s'en voulait tellement. S'il n'avait jamais rencontré Angel et si elle n'était pas tomber amoureuse de lui, comme ce fut son cas... Peut-être qu'aucun ne souffrirait ? Pourtant, cette question semblait bien futile quand il réfléchissait vraiment. On ne peut pas éviter ce genre de chose, comme on ne peut pas prédire le temps. La preuve, ce dernier était aussi misérable que l'état du surveillant.

Quelques jours s'étaient écoulés depuis l'épisode avec Angel, ou Mee Na plutôt. Quelques jours que Jude culpabilisait pour toute les mauvaises choses se déroulant dans le monde. Il en venait même à s'en vouloir pour un cas d'inondation dans telle ville, ou pour un enlèvement dans tel endroit. à ce point là, son paquet de cigarette n'a pas tenu deux jours sans qu'il s'en fume une au premier songe douloureux. Un libertin qui s’apitoie sur son soir, alors qu'il est le fautif. Après tout, n'est-ce pas lui qui a durement refusé les sentiments de la jeune fille ? En grande partie, oui. Tout ça pour une question d'âge, de métier et de moralité. Que dirait l'école en sachant une telle relation ? Non, Jude ne pouvait pas être favorable à cela. Alors pourquoi reste-t-il avachit sur son canapé à mater des disneys pendant des heures ? Il en vient même à pleurer devant des scènes d'amour entre les personnages principales. Que ce soit des lions, des grenouilles ou des humains. Jude se met vraiment misérable pour un rien, pour un film.

Quant à l'école, il se sent comme belle et Sébastien, sans belle. Le genre à se sentir tellement seul, alors que tant d'élève lui adresse la parole. Normalement, il répondrait avec enthousiasme, un sourire jusqu'aux oreilles. Ou il embêterait le premier venu, collerait celui qui le dérange ou ferait du rentre dedans à n'importe qui. Mais pas là. Non, Jude flânait dans les couloirs sans prêter vraiment attention aux autres. Même quand le professeur de sport lui fit une remarque sur sa veste mal aboutonner, Jude l'a ignoré. Qu'importe les problèmes des autres, il ne voulait même pas en entendre parler. D'ailleurs, il ne vit plus Mee Na. Par inquiétude, il avait demandé des nouvelles à des filles de sa classe, mais apparemment, elle était absente. C'était de sa faute. S'il n'avait pas joué les héros ce jour-là, pour la jeté juste après... AISH! Jude s'en mordait les doigts, comprenant peu à peu qu'il a fait une erreur. Ces quelques jours sans la voir fut un calvaire, et en plus de cela, la réunion du club fut annulé. à dire vrai, C'est Jude qui a demandé à l'annulé pour cette fois. Il n'avait pas la foi d'assumer une heure entière avec des élèves sans avoir la chance de s'évader à n'importe quel moment. De toute façon, il ne voulait pas s'embêter à expliquer quelque chose ce jour là. Donc il annula avec une excuse bidon.

Comme prévu, aucun élève ne devait venir en salle de musique pour participer à la réunion habituelle. Jude était certains que tout les membres avaient eu le message, et qu'ils feraient passer le message aux absents. Donc le surveillant ne s'attendait pas à voir une tierce personne dans la pièce, quand il décidait d'y aller. Plutôt que de rentrer chez lui pour se retrouver seul, Jude préférait s'attarder en salle de musique. Pour rien y faire, puisqu'il n'avait aucun programme en tête. Juste y rester et attendre que le temps passe.. Peut-être fumer une cigarette en s'appuyant sur le rebord d'une fenêtre ouverte ? Oui, c'était stupide d'aller jusqu'en salle de musique pour se taper un bâtonnet de nicotine, mais Jude n'était plus à ça près niveau logique. Perdu dans ses pensées, le surveillant se stoppa devant la porte fermée de la salle. Une douce mélodie lui parvenait aux oreilles. Du piano. Qui pouvait bien jouer du piano alors qu'il n'y avait pas club ? Jude se posait la question, sa main posée sur la poignet de porte. L'hésitation se lisait sur son visage, craignant de déranger quelqu'un. wait. C'est lui le surveillant, l'administrateur du club! Avec cette idée fixe en tête, l'américain abaissa la poignet avant de pousser la porte. ça aurait pu être comme dans un film d'horreur où il n'y aurait personne dans la pièce. Genre, un piano qui joue seul comme un mystère sordide de l'école. Mais non. Plutôt que de s'attendre au vide, les yeux de Jude se posèrent sur une mince silhouette. Mee Na.

La surprise fut-elle qu'il en restait bouche bée, ne sachant que dire alors qu'elle venait d'arrêter de jouer. Pleurait-elle ? Jude semblait persuadé, en voyant le mouvement de son bras. La question du "pourquoi" ne se posait même pas. Face au doute, l'aîné referma la porte derrière lui, s'appuyant contre pour observer la demoiselle. C'était sûrement fou de rester là, face à elle, alors que Mee Na devait le maudire d'être aussi débile. Mais maintenant qu'ils étaient en face, ne serait-ce pas le moment de parler sans indiscrétion ?

« - La réunion est annulée. Tu n'étais pas au courant ? »

Lui demandait-il en penchant légèrement la tête sur le côté. Jude n'affichait aucun sourire, gardant un air neutre et vaguement adulte. S'il commençait à être doux et sympathique, Mee Na le haïr sûrement plus. Pourtant, il ne pouvait pas se montrer froid éternellement, le coin de ses lèvres s'étirant en un faible sourire. Ce n'était pas Angel en face de lui, mais bien la jeune Mee Na.

« Tu pleurais n'est-ce pas ? Et cette mélodie... Love. Pourquoi ne m'avoir rien dit sur toi ? »

Jude voulait savoir. Pourquoi Mee Na nourrissait autant de sentiment pour lui, alors qu'il n'était pas vraiment un bon type. Le genre qui couche à droite et à gauche, qui adore sortir la nuit pour s'amuser et boire, qui participe à des soirées douteuses entre potes. Non, Jude n'était pas un gars bien pour une fille comme Mee Na. Elle rêvait du prince charmant, celui qui l'aiderait... Mais... Jude pouvait-il être ce garçon là ?



(c) sweet.lips

Revenir en haut Aller en bas

Watashi wa
Invité desu

avatar



MessageSujet: Re: L'amour c'est compliqué... Pourtant, on ne pourrait pas vivre sans. [Pv Jude]   Lun 7 Oct - 2:28

Jude & Mee Na
« L'amour c'est compliqué... Pourtant, on ne pourrait pas vivre sans. »



Je n’avais plus mis les pieds au club depuis l’histoire avec Jude, ce fameux soir où tout avait basculé, où il avait enfin découvert qui j’étais réellement. Cette petite pauses de quelques jours m’avais fait du bien. Je n’aimais pas aller là-bas, je détestais ça. Je détestais être regardé de la sorte, connaître leurs pensées et leur désir à mon égard c’était… Non je n’arrivais pas à m’y faire. De plus, je savais que maintenant, la seule personne qui m’aidait à ne pas sombrer dans cet endroit ne serait plus là pour le faire. Il ne viendrait plus… En même temps je lui avais dit d’oublier Angel et de ne côtoyer Mee Na que de loin. Comment faire autrement ? Il m’avait clairement fait comprendre qu’une quelconque relation serait totalement impossible, alors le mieux était de resté éloigner le temps que les sentiments deviennent moins présent, moins douloureux. C’était la meilleure solution, j’en étais persuadée, et c’est pour cela que dès l’instant où j’avais remis les pieds au lycée j’avais tout fait pour ne pas le croiser.

Est-ce que j’avais pleuré à cause de tout ça ? Bien sûr. Le soir, dans mon lit, au moment où l’on est le plus vulnérable, le moment où on est le plus susceptible de réfléchir, de rêver. On a tendance à trop laisser l’esprit vagabonder à sa guise, à le laisser voir ce que les choses auraient pus être si certains éléments avaient été différents. Alors oui, à ce moment là je ne pouvais retenir mes larmes, c’était trop difficile, même si je luttais pour ne pas sombrer dans la faiblesse causé par mes sentiments. Pourquoi devait-on tombé amoureux ? L’amour c’était trop compliqué, trop dur… Pourtant, on savait très bien qu’on ne pourrait pas s’en passer. Que serait une vie sans amour ? Monotone, sans saveur, sans lumière, sans chaleur, sans véritable bonheur. Est-ce que je regrettais mes sentiments ? Oui et non. Oui, parce que je crois n’avoir jamais autant souffert de ma vie, dépassant toutes les douleurs physique que j’avais pus subir sans pouvoir soigner cette blessure infligée à mon cœur. Et non, parce que, il y avait eu ce moment, ce bref instant où l’on avait échangé ce baiser, ce moment où j’avais cru sentir que ses sentiments étaient les mêmes que les miens. C’était court, mais c’était intense, et pendant ce petit moment, j’ai ressentit une vague de bonheur m’envahir, et ça je ne pouvais pas dire que je le regrettais.

Assise seule dans cette salle, devant ce piano qui m’appelais, qui m’invitais à déverser ma tristesse à travers lui, à faire entendre mes sentiments.. Je ne pus y résister. La musique était mon refuge, la seule chose qu’on ne pourrait jamais me prendre. La musique que je me suis mise à jouée était « Love », parfait pour résumer le majeur sentiment qui enveloppais mon cœur. Sauf que, cette mélodie mélangeais en un temps une sorte de mélancolie et de douleur, puis une sorte de renaissance, d’espoir et d’une fin qui sonne comme une fin heureuse. Et ce qui me fit verser quelques larmes étaient de savoir que dans mon cas, la fin heureuse n’était pas au rendez-vous. Je suppose qu’il fallait juste accepter les choses comme elles viennent. Accepté que cet amour était impossible parce qu’il était plus vieux, que j’étais encore mineur même si ce n’était qu’une question de mois avant que ça ne soit plus le cas, et que il était sensé veillé sur moi et non finir avec moi. Ce serait tellement plus facile si on avait un tant soit peu de maîtrise sur nos sentiments, si on pouvait choisir la personne qu’on avait le droit d’aimer ou non. Malheureusement, le cœur s’amusait parfois à choisir d’aimer celui qu’il ne fallait pas, celui qui nous était interdit. Mais était-ce pour autant qu’il fallait renoncer ? Si on tombe amoureux c’est pour une raison non ? Si les sentiments sont réel et fort, si le cœur à choisis de désigné cette personne c’est que, cet amour est capable de tout surmonter ? Non… il faut que j’arrête d’y penser. Il avait été clair, jamais il ne pourrait m’aimer, et je croyais l’avoir accepté, jusqu’à maintenant…

Je fus coupée dans mes pensées par quelqu’un qui venait d’ouvrir la porte et pénétré dans la salle. J’arrêtais donc de jouer et essuya rapidement les larmes qui avaient coulé le long de mes joues, je ne voulais pas que l’on me voit ainsi. Je finis donc par me tourner vers ce nouvel arrivant et… Lorsque je vis de qui il s’agissait je restais un instant comme figée. De toutes les personnes du lycée, il avait fallut que ce soit lui qui soit là, en même temps que moi. Ne me dîtes pas que lui aussi n’avait pas eu le mot comme quoi il n’y avait pas de réunion du club, c’était même sûrement lui qu’il l’avait annulé, mais alors que venait-il faire ici.

« Non, j’avais oubliée d’allumer mon téléphone… »

Non évidemment que si j’avais su je serais vite rentrée chez moi et je ne me serais pas amuser à tenter la chance, de rester plus longtemps pour faire grandir le risque de le croiser ou non. Il resta là, devant la porte, sans bouger. Son ton était neutre, c’était sûrement facile pour lui de faire comme si de rien n’était… Quoi qu’il se mit à me reparler de tout ça. Me demandant à nouveau pourquoi j’avais ça, pourquoi je ne lui avais rien dit, j’avais l’impression de rejouer le film de la dernière fois.

« Avoir une double vie de strip-teaseuse c’est pas le genre de chose dont on se vente, surtout lorsqu’on est que lycéenne tu sais ? »

Je soupirais, essayant de faire un ton dur, mais ce n’était pas trop ça encore. Je refermais soigneusement le clavier du piano avant de me lever et de rejoindre la table sur laquelle j’avais laissé mon sac à mon arrivé. Je ne le regardais pas, je ne préférais pas.

« Et puis qu’est-ce que ça aurait changé si je te l’avais dit ? Tu aurais pris tes distances dès le départ, tu aurais fermé les yeux et tu ne serais sûrement plus venu au club et je ne voulais pas que ça arrive. Je ne voulais pas perdre le seul rayon de lumière qui… Bref. Tout ça n’a plus aucune importance aujourd’hui. Tu as été clair la dernière fois, il n’y a pas à revenir là-dessus. »

Je me sentais faible là, maintenant, et je ne voulais pas trop en dire, je ne voulais pas m’enfoncer. Lui dire quoi enfaite ? Qu’il avait été le rayon de lumière qui m’avait empêché de m’enfoncer plus profondément dans les ténèbres ? Qu’elle absurdité, c’est ce qu’il penserait sûrement et je ne voulais pas subir un nouveau recalage, un m’avais suffit, je n’étais pas du genre masochiste. Je pris alors mon sac et me rapprocha de lui, vraiment très très près de lui.

« Je voudrais y aller… Tu pourrais te pousser s’il te plaît. »

J’avais fait ça comme pour appuyer ma demande, pour lui montrer que je voulais vraiment partir, que je voulais oublier ça, vu que je savais très bien tout ce qu’il pensait déjà, et que souffrir d’avantage c’était pas ce que je voulais. Yeux dans les yeux à la base, je baissais plutôt rapidement mon regard, me rendant compte que cette proximité que je nous avais imposée me troublais plus que je ne l’aurais imaginé, mais je ne voulais pas reculer maintenant, je manquerais de conviction sinon.
Revenir en haut Aller en bas

Watashi wa
Invité desu

avatar



MessageSujet: Re: L'amour c'est compliqué... Pourtant, on ne pourrait pas vivre sans. [Pv Jude]   Mer 9 Oct - 16:34

jude & meena
Au delà des apparences, quand la réalité nous rattrape.


On ne choisit pas les décisions de son coeur. C'est souvent ce que Jude se répétait quand il croyait aimer quelqu'un et que ça virait aux désastres. Il en a eu des copines, des biens comme des moins biens, mais aucune n'a su faire de lui l'homme parfait. Au contraire. Voir ses relations se détériorer l'ont poussé à devenir un mec sans attache, allant de droite à gauche sans jamais trouver le juste milieu. Avec Angel, avec cette mystérieuse demoiselle, il pensait que peut-être un espoir subsisterait. Mais que le masque fut tombé, Jude compris que cela ne pouvait être possible. Quand on pense à l'école, à ses supérieurs ou même aux parents de Mee Na ? Que dirait-il si leur fille ramenait un adulte comme le surveillant à la maison ? Imaginez un peu les repas de famille. Mais en même temps, quand il y pense, Jude aurait sûrement de bonne chose amusante à raconter à ses enfants. Un genre de "maman était une élève où je travaillais, et moi son surveillant" avec une belle morale comme "l'amour ne décide pas, alors écoutez votre coeur". Mais au lieu de penser ainsi, de voir un meilleur avenir, Jude s'est bloqué sur les récents soucis que causerait cette idylle. La même réponse lui revenait en tête. Il ne pouvait pas. Bien qu'il se soit imaginé en couple avec la strip-teaseuse... Sauf que dans ses songes, elle était adulte comme lui. C'est plutôt difficile de refaire ses rêves à une autre image, non ? Mais Jude avait quand même tenté avec Mee Na, dans sa tête. Pour revenir toujours au même point. Comment les autres réagiraient ? Mais Jude devait surtout se poser une question plus égoïste. Comme lui le vivrait ? Être lâche éternellement ne mènerait jamais à rien, et les autres ne vivront pas non plus avec lui jusqu'au dernier jour. Donc, il en venait à un second point qui brouillait le précédent. De quoi devenir complètement dingue!

Au final, Jude voulait surtout éviter d'y penser. Il voulait faire le vide dans son esprit et ne plus se poser trente milles questions stupides. Demandez à des élèves leurs points de vus, non plus, ne l'aiderait pas. Alors fallait juste qu'il soit indifférent à cette situation et peut-être qu'elle passerait sans qu'il n'y prête attention ? Du moins, il l'avait cru, jusqu'à entendre cette mélodie dramatique joué par ce piano qu'il connait si bien. Devant la porte de la salle, le surveillant venait de cesser tout mouvement pour laisser ses oreilles se manifester.  Une douce chanson se déversait dans la pièce de l'autre côté du battant. Un son merveilleux qui emplissait son coeur de chagrin, mais aussi de regret. Cette musique semblait venir de nulle part, comme si son coeur jouait lui-même du piano. Est-ce possible ? Bien sûr que non. C'est d'ailleurs en pensant si durement qu'il ouvrit la porte au ralentis pour faire face à cette nouvelle interrogation. Qui jouait du piano pendant une réunion annulée ? Peut-être que le jeune américain aurait préféré n'y voir personne et se persuadé que son cerveau lui joue des tours ? Malheureusement, il n'était pas désespéré à ce point pour devenir fou furieux.

Cette fine silhouette. Ces hanches gracieuse. Ce corps aux courbes avantageuses cachées derrière un uniforme rappelant son jeune âge. Cette chevelure soyeuse. Jude ne pouvait pas être un ignorant, ou jouer les passants en repartant. Il savait parfaitement que c'était Mee Na, comme il se doutait qu'elle devait pleurer avant qu'il n'arrive. Immédiatement, le surveillant fut prit de remord, seulement désireux de ne plus la voir dans cet état. Pourtant, c'était lui et seulement lui, le coupable à son malheur. Que faire ? Jude fit en sorte d'être neutre, impassible en lui posant cette simple question. Et Mee Na y répondit aussitôt sans grande délicatesse. à quoi jouaient-ils ? Voulaient-ils vraiment d'un tel climat entre eux ? à force d'essuyer des tempêtes, ils risquaient de se perdre. Jude avait beau se montrer aussi dur qu'un adulte face à un enfant, il prenait cet air comme Mee Na portait son masque. Une illusion bien réussit qui ancrait du doute dans l'esprit de la jeune fille. Cette dernière n'avait pas tord, mais dire cela prouvait qu'elle n'aimait pas son boulot. Quand on aime, on le dit. Justement, on s'en vente. Jude, lui, s'en fichait d'être surveillant ou non, alors ça ne le dérangeait jamais d'en parler à n'importe qui, n'importe où.

« - Effectivement... Mais c'est bien ça le soucis, tu es lycéenne. »

Sur le point de vue où Jude ne pigeait pas qu'elle puisse avoir ce genre de travail aussi jeune. Comme avait-elle pu entrer dans cette boite sans se faire virer ? Après tout, il ignorait que son père tirait les ficelles et qu'elle n'avait nullement le choix de faire autrement. Comment en vouloir à un ignorant ? C'est plutôt compliqué, n'est-ce pas ? Et Jude ne semblait pas encore devin, juste stupide. à ses mots, Mee Na venait de refermer le clavier du piano, avant d'aller vers son sac posé sur l'une des tables. La situation n'était pas vraiment à l'avantage de l'aîné, qui n'avait pas lâché la jeune fille des yeux. Comparé à elle, qui le fuyait du regard, sûrement blessé au plus profond de son air. Jude n'avait pas le droit d'enfoncer le couteau dans la plaie, mais il voulait bien faire en rattrapant la situation. Comment se rattraper aux branches, manquant le dernier plongeon mortel vers un sol trop dur. Effectivement, qu'est-ce que ça aurait changé à l'histoire ? Peut-être que Jude aurait tenté de la sortir de son pétrin ? Sûrement que la balance serait encore plus déséquilibré et qu'il aurait essayé de l'aider ? Comment pouvait-elle affirmer qu'il ne serait plus revenu en laissant une étudiante dans ses ennuies ? Non... Mais personne ne peut prédire ce genre de chose. Le plus vieux s'arrête sur une fin de phrase coupée. Seul rayon de lumière qui ? Ce n'était pas fini et Jude aurait voulu connaitre la suite. Pourtant il n'insistait pas sur ce sujet, baissant légèrement la tête.

« Peut-être que... »

Sa voix fut si plate et basse qu'elle s'en retrouvait inaudible. Le stresse lui nouait la gorge, rendant sa voix si forte qu'un chuchotement lointain. Mince, pensait-il en fronçant les sourcils. La seconde suivante, Mee Na prit son sac pour se rapprocher brusquement de lui. Sur le coup, il eut un mouvement de recule avant que son dos ne rencontre la solide porte. Y aller ? Se pousser ? Jude réfléchissait au pour et au contre, comme ce jour en salle de retenue avec Fuyusuke quand il devait choisir entre action ou vérité. Cette fois-ci, ce n'était pas le même délire. Pourtant, il ne bougea pas d'un millimètre, barrant la route à l'élève. Voulait-il vraiment laisser tomber et voir les choses se dégrader ? Que se passerait-il s i Mee Na franchissait cette porte ? pourrait-il un jour lui reparler ? Quand il y songe vraiment... Ses soirées avec Angel furent superbe, même merveilleuse. Angel et Mee Na ne sont pas bien différente dans le fond... Jude ne pouvait pas se sortir du milieu pour voir disparaître cet ange malicieux et bénéfique à sa bonne humeur. Il l'avait promis. Il la protégerait quoi qu'il arrive.

« - Mee Na... J'ai vraiment été horrible avec toi. »

Commençait-il en la regardant, le regard passant du neutre au triste. Ses yeux reflétait tout le regret qu'il accumulait jusqu'à maintenant. Non... Il ne pouvait pas juste se pousser et la laisser passer. Doucement, Jude déposa ses mains sur les épaules de la jeune fille. Est-ce que la retenir était une si bonne idée ? Pour une fois, le surveillant voulait croire aux bonnes paroles dites par sa mère quand il était enfant.

« - On n'a qu'une seule vie, alors vis la tienne et pas celle des autres. Je pense que ma mère avait raison en me disant cela... Sauf que je n'avais su quand l'utiliser, à quel moment important le faire... mais maintenant, je crois le savoir. »

Et après une grande réflexion avec lui-même, Jude tira sur les épaules de Mee Na pour la rapprocher de lui. Ses lèvres rentrèrent en contact avec les siennes, lui voulant un doux baiser tendre et délicat. Rien de brusque ou de sauvage, mais la passion transperçait quand même dans cet échange. Jude ne voulait pas mourir bête, ou terminer dans un lit à se dire qu'il regrettait de ne pas avoir agit ainsi avec cette étudiante. Pourquoi refouler ses sentiments ? Pourquoi se croit adulte au point de se gâcher la vie ? Non. Jude ne vivait pas pour les autres, il vivait tout simplement pour lui. Dans ce cas, qu'importe les remarques ou le jugement des autres. Jude se sentait vraiment grand quand il tenait Mee Na dans ses bras musclés, l'embrassant comme un damné. Il ne voulait pas perdre cette unique occasion de se rattraper et de voir les choses évoluer dans le bon sens. S'il pouvait être son rayon de soleil, autant qu'il brille de milles feux, non ? Un vrai drama, mais Jude ne s'en voulait pas de la tenir contre lui en goûtant une seconde fois ce plaisir qu'offrait ses lèvres.



(c) sweet.lips

Revenir en haut Aller en bas

Watashi wa
Invité desu

avatar



MessageSujet: Re: L'amour c'est compliqué... Pourtant, on ne pourrait pas vivre sans. [Pv Jude]   Jeu 10 Oct - 14:08

Jude & Mee Na
« L'amour c'est compliqué... Pourtant, on ne pourrait pas vivre sans. »



Je me repassais tout le film dans ma tête. Au final, c’était de ma faute. Comment avais-je pu être aussi naïve ? Comment avais-je pu laisser mon cœur s’enticher d’une personne inaccessible. Depuis le tout début je savais que ça finirait mal, alors pourquoi j’ai laissé les choses continuer à avancer. Si j’avais coupé court dès le premier jour quand on avait noué contact au club, rien de tout sera ne serait arrivé je suppose. Je sais pas trop à quoi je m’attendais. Qu’il tombe amoureux de moi ? Assez pour passer outre le fait que je n’étais que lycéenne ? Naïveté puissance mille. Arrête de croire aux contes de fée Mee Na. Ca fait bien longtemps que je sais que tout cela n’existait pas. Alors pourquoi j’avais cru qu’avec Jude les choses pourraient être différentes ? Mon cœur semblait en être convaincu malgré ma raison qui lui criait de se taire et de se tourner vers quelqu’un d’autre. Mais le cœur est têtu et ne lâche pas le morceau, la preuve en est aujourd’hui je me retrouve blessé pour quelque chose dont j’avais déjà envisagé le scénario une tonne de fois dans ma tête.

Quand je le vis débarqué dans la salle je n’en croyais pas mes yeux. C’était comme si le destin voulait s’acharner sur moi, sur mon pauvre petit cœur déjà bien amoché par toute cette histoire. Tout ce que j’avais demandé c’était de ne plus le recroisé avant quelques temps, ou du moins ne plus être forcé de lui parler. Tout pour faire en sorte que mes sentiments pour lui s’atténuent. Mais faut croire que c’est rater. Je devais le voir, mais en plus de ça, placé devant la porte, le surveillant avait l’air décidé à ce qu’on parle… Et de quoi ? De toute cette histoire à nouveau bien sûr ! J’avais donc fermé le piano et avait retrouvée mon sac. Mais à quoi il jouait ? Il voulait enfoncer le couteau dans la plaie ou quoi ? Par rapport à ce qui avait été dit je ne voyais pas ce qu’il y avait à raconter, ou alors quel point n’avait pas été clair. Je suis trop jeune, c’est bon j’avais saisie, il me considérait comme une enfant dont il avait la surveillance, eh bien soit les choses resteront comme ça. Quand à lui parler de mon histoire, la vraie, celle qui à fait naître l’existence d’Angel, ce n’était pas envisageable. Je n’en voyais pas non plus l’intérêt. Ce problème ne regardait que moi et personne d’autre. Après tout, je ne voyais pas en quoi une quelconque personne pourrait me venir en aide. Enfin si, Jude l’avait fait rien qu’avec sa présence, mais il n’avait pas eu besoin de connaître toute la vérité pour ça. Enfin bref, tout ça c’était du passé maintenant et il fallait laisser le passé derrière sois pour avancé.

Prenant mon sac, j’avais la ferme intention de sortir d’ici rapidement. Je n’avais pas l’impression qu’il veuille abandonner la conversation, alors je préférais m’en allé. Je m’enfuyais… Oui je sais c’est lâche et ce n’est pas vraiment une bonne façon de faire face aux problèmes, mais là, pour le coup, je ne voyais rien d’autre à faire. Je ne pouvais pas l’affronter plus longtemps, s’en était déjà trop pour moi. Mon cœur me faisait mal, et c’était encore pire en sa présence. Moi tout ce que je voulais c’était guérir et ne pas m’accrocher à des espoirs inutiles. M’approchant très près de lui, je lui demandais de se pousser afin de me laisser la place de sortir. D’un mouvement de recul il s’était carrément collé à la porte et n’avait pas du tout l’air de vouloir bouger maintenant. Rah… Pourquoi ne voulait-il pas juste coopérer ? Apparemment, j’allais devoir écouter tout ce qu’il avait à me dire jusqu’au bout. Si ça pouvait être plus pertinent que sa phrase précédente admettant que j’étais effectivement lycéenne, sous entendant que ma double vie de strip-teaseuse ne collais pas avec la vie que j’étais censé mener. Comme si je ne le savais pas moi-même… Mais il n’était au courant de rien, alors je n’allais pas m’arrêter sur ça.

Le temps passait, j’avais l’impression que c’était très long. J’avais du mal à rester près de lui, à le regarder, il me troublait trop… Ce que je pouvais maudire mes sentiments à l’instant présent. Il se décida à parler de nouveau. Il … avait conclut qu’il avait été horrible avec moi. Horrible… Je dirais juste lâche, froid… Oui horrible ça pouvait décrire aussi enfaite. Mais ce qui est fait est fait, on ne pouvait revenir en arrière, revenir sur nos actes, sur nos paroles.

« Tu as juste été honnête… »

Et l’honnêteté fait mal parfois. J’avais crus, l’espace d’un bref moment que mes sentiments étaient partagés. Mais je fus vite désillusionnée par la suite des évènements, il était clair qu’il n’en avait pas, ou alors qu’il préférait tout simplement les reniés. Dans les deux cas il m’avait gentiment fait comprendre que quoi qu’il arrive, avec nos positions respectives, il ne pouvait pas nourrir de sentiments à mon égard, et que de mon côté je ne devais pas non plus… Je ne demandais pas mieux mais mon cœur n’était pas du genre à obéir désolé. J’allais finalement finir par essayer de forcer le passage pour sortir lorsque je sentis ses mains se poser doucement sur mes épaules… Euh d’accord, à quoi est-ce qu’il était entrain de jouer. Il avait l’air vraiment sérieux et surtout en pleine réflexion avec lui-même… Pourquoi était-il aussi bizarre ? Pourquoi il ne laissait pas tout simplement courir ? Rien de ce qu’il ne pourrait dire pour se justifier ne m’aiderais à surmonter ça plus facilement, alors autant juste laissé ça comme c’était. Mais il n’avait pas l’air de vouloir…

« On n'a qu'une seule vie, alors vis la tienne et pas celle des autres. » Pourquoi me disait-il cela ? Apparemment, c’était les paroles de sa mère et il se parlait plus à lui-même en disant cette phrase. Il pensait que c’était le bon pour l’utiliser si j’avais bien compris son raisonnement. En faite, honnêtement j’étais un peu paumé là. Et la suite des évènements me déstabilisa encore plus. Sans que je n’ai eu le temps de comprendre quoi que ce soit il m’avait approché de lui et plaqué ses lèvres sur les miennes. Mais… Qu’était-il entrain de faire ? Ca allait totalement à l’encontre de tout ce qu’il m’avait dit l’autre soir au club. Est-ce que ce qu’il essayait de me dire c’était que finalement il s’en fichait de ce que les autres pouvaient penser de tout ça ? De nous deux ? De nous deux… Ca me semblais tellement irréaliste après tout ce qui c’était passé, j’avais fait une croix là-dessus, alors je dois bien avouer que je ne savais plus sur quel pieds danser aujourd’hui. Je prolongeais son baiser, ne pouvant faire autrement. A son contact j’avais l’impression de fondre totalement, d’être sans défense, il abattait toute les barrières que j’avais essayer de hisser entre nous si facilement.. Même si les trois premières secondes j’avais eu dans l’idée de le repousser, je l’avais bien vite abandonnée. Arrêtant de réfléchir l’espace de quelques secondes, je profitais pleinement de ce baiser tendre et passionné qu’il m’offrait. C’était le deuxième que l’on échangeait, mais il n’avait rien à envier à la magie dégagé par le premier. Si le surveillant pouvait se vanter d’une chose, c’était bien de pouvoir me faire tourner la tête. Là, dans ses bras me blottissant contre lui, je me sentais si bien… Mais j’avais peur de m’emballer pour rien, de profiter encore une fois d’un instant de bonheur illusoire et éphémère. C’est pourquoi après un temps raisonnable, après que j’ai pus profiter un minimum de cette échange, je séparais nos lèvres à contre cœur, mais j’avais besoin de comprendre.

« Jude… Je ne comprends plus rien. Tu avais dis que j’étais trop jeune que… Enfin que c’était impossible. Alors pourquoi ses paroles, ce baiser.. J’ai peur de mal saisir la situation. »

Rien ne serait pire que d’imaginer quelque chose de beau, qui ressusciterais mon cœur, et qu’au final ce ne soit qu’une monumental méprise, replongeant mon pauvre petit cœur dans une torture encore pire que la première fois. Alors là, je voulais être sûre, qu’il m’explique clairement de nouveau les choses puisque la donne avait l’air d’avoir légèrement changer par rapport à l’autre soir.
Revenir en haut Aller en bas

Watashi wa
Invité desu

avatar



MessageSujet: Re: L'amour c'est compliqué... Pourtant, on ne pourrait pas vivre sans. [Pv Jude]   Ven 18 Oct - 10:33

jude & meena
Au delà des apparences, quand la réalité nous rattrape.


Les choses ne devaient pas se couper aussi radicalement, sans même pouvoir y mettre une fin complète et sans retour. à dire vrai, Jude n'imaginait même pas terminé celle-ci sur une mauvaise note, ou la terminer tout simplement. S'il se plaçait devant cette porte en empêchant la demoiselle de partir, c'était sûrement pour une bonne raison. Par moment, Jude sait quand il doit faire quelque chose d'importe, quelque chose de regrettable peut-être mais agir quand même. Au fond, Jude aurait pu jouer les adultes et demander des explications plus poussée, se faire passer pour un conseiller à part ou juste un journal intime. Mais rien à faire, Mee Na restait aussi muette qu'une tombe et refusait d'éluder ce mystère qui pesait sur l'image et la création d'Angel. Jude ne devrait pas autant s'en inquiéter et faire confiance à la jeune fille, mais il craignait tellement de la voir partir en fumée à cause d'elle-même. N'est-ce pas stupide comme idée ? Jude veut toujours la protéger, même contre ses propres démons. Quitte à y perdre de la confiance ou des sentiments, il ne veut pas l'abandonner dans son enfer, maintenant qu'il comprend que ce cirque n'était pas un paradis désiré. Après tout, qui voudrait devenir strip-teaseuse ? Certaines femmes s'aiment à ce point, Jude peut bien le confirmer avec ces rencontres nocturnes ou imprévues. C'est bien cela qui le poussait à croire Mee Na motivée dans son boulot, et non dégoûtée. Pourtant, ill revenait sur ses idées pré-faites en la regardant bien et surtout mieux. L'angel qu'il côtoyait n'était rien de semblable à cette Mee Na réservée face à lui. Alors comment a-t-il pu être berné jusqu'à présent ? Jude se pose encore la question, tandis qu'il s'appuie contre la porte pour empêcher la jeune fille de partir. Des explications seront la bienvenue, si la miss voulait bien les lui fournir.

Jude n'avait aucune envie de se dégager du passage, se collant carrément contre la porte pour empêcher toute fuite. Ce qu'il désirait le plus, c'était parler avec elle sans qu'elle ne parte. était-ce trop demandé ? Mee Na avait beau se retrouver à quelques pauvres centimètres de lui, le surveillant ne bougeait plus d'un pouce. Déterminé et surtout très têtu pour bouger de là et laisser l'opportunité à la demoiselle de sortir de la pièce. Pour sûr, Mee Na devait le trouver fort embêtant à se montrer si insistant et à la retenir contre son gré. Pourtant, il savait qu'il n'aurait plus aucune occasion de lui parler si elle venait à partir. Peut-être disparaîtrait-elle de sa vie, du jour au lendemain ? Malgré ses propos sur l'âge et autre, Jude ne voulait pas perdre la jeune étudiante pour une raison aussi stupide. Certes, le regard des autres comptait aussi dans la vie, mais vivre avec eux était vraiment une mauvaise chose. Se raccrocher à un jugement premier ne rendait pas l'existence meilleure et si c'est pour regretter éternellement ce dernier... Non, Jude était bien décidé à arranger la situation et remettre les pendules à l'heure. Leurs aiguilles étaient en désaccord total et ça devenait insupportable à la longue.

Horrible. C'est bien le mot que prononçait Jude pour décrire son comportement des jours précédents. Honnête, mais affreux quand même. Il ne voulait pas perturber les choses en écoutant son coeur. Il ne voulait pas tomber dans l'estime déjà bien basse des gens. Mais quand il y réfléchit... Quand il imagine sa vie quelques années plus tard... Jude réalise que toute ses personnes ne seront jamais là pour lui, pas comme celle qui pourrait emprisonner son coeur dans une poigne nommé passion et amour. Dans le fond, il suffisait de réfléchir un peu pour se rendre compte que le regard des autres évoluent et évolueraient tout le temps, sans même agir contre. à quoi bon se faire du mal pour quelqu'un qui ne partage rien avec toi ? Oui, il lui arrive d'être aussi sérieux quand la situation le permet, et pour le coup, Jude ne pouvait être plus sûr de lui! Pour une fois depuis des années, Jude écouterait le premier conseil de sa mère. On a qu'une seule vie, alors n'est jamais de regret. Jude ne voulait pas continuer avec un poids aussi lourd sur le coeur. Qu'importe les conséquences de son acte. Qu'importe s'il retient la jeune fille contre son gré alors qu'elle désire seulement s'éclipser. Le surveillant n'est pas du même avis, tenant fermement ses épaules pour l'empêcher une nouvelle fois de partir. Pas comme dans cette chambre, au club. Pas une seconde fois, alors qu'il semble lucide et décidé.

sans même lui laisser le choix, Jude attirait la jeune fille contre lui, déposant ses lèvres contre celles de Mee Na. Oui, il allait complètement à contre sens, défiant ses premiers principes sur l'illégalité des âges et de leurs places. Mais il en avait que faire de ça! Jude se fichait qu'elle soit étudiante et lui, surveillant. D'ici quelques mois, quelques années, Mee Na deviendrait majeur et il n'aurait aucun soucis à s'afficher dans ses bras. Même si pour cela, il devrait tenir encore un peu. tant que la miss est mineure, Jude ne pouvait rien faire avec elle, en publique. Après tout, quelle importance ? Il serait prêt à vivre dans un secret pour ne rien regretter de ses choix. Cette Angel... Cette Mee Na, plutôt, lui a fait goûter un sentiment sincère et appréciable. à l'instant présent où les choses se déroulaient, Jude ne voulait plus penser à des "et si" et juste s'attarder sur la situation présente. Approfondir le baiser, le prolonger, le savourer. Il voulait lui transmettre ce qu'il ressentait au fin fond de son coeur, derrière cette image froide qu'il aurait voulu se donner. Irrécupérable, peut-être, mais il s'en moque royalement. Du moment que personne n'entre dans cette salle et dérange cet instant de pur bonheur, tout allait bien. Jude pouvait ainsi garder Mee Na contre lui, sentir sa chaleur envahir son corps et faire battre son coeur. Il ne demandait rien de plus qu'un contact proche avec elle, pour ressentir ses battements à l'unisson. Dans le cas présent, le surveillant semblait aussi faible que son vis-à-vis, éprit dans une roue infernale qu'était ses sentiments. Mee Na aussi pouvait se vanter de rendre un garçon comme Jude si docile et amoureux, bien que ce soit encore le foutoir dans sa tête. Après quelques longues secondes à s'embrasser, la jeune étudiante mit fin à ce baiser, réclamant des explications. chacun son tour, pensait Jude en souriant doucement.

« - J'y ai bien réfléchit, tu sais... Plusieurs fois je me suis demandé pourquoi je prêtais autant attention aux regards des autres, mais... Je me moque pas mal de leurs jugements ou de leurs avis. Ils ne vivent pas pour moi et je ne vis pas pour eux. Pourquoi me faire du mal... Te faire du mal en comprenant cela ? »

Jude marquait une pause pour reprendre son souffle, son regard ancré à celui de la jeune fille. Il fronçait légèrement les sourcils avant de reprendre un air calme et sérieux. Sa bouche s'ouvrit, puis se referma aussitôt. Ces quelques mots lui brûlaient la langue, lui écorchaient les lèvres, mais il n'arrivait pas à lui dire clairement et directement. C'est pour cela qu'il revenait l'embrasser, plus chastement et rapidement, ses mains se posant sur son visage de poupée. écartant à nouveau ses lèvres, il posa son front contre le siens en fermant les paupières. Faire de l'ordre, d'abord.

« - C'est vrai... Je suis tombé sous le charme d'Angel... Mais j'ai compris que cette personne n'était qu'une partie de toi et qu'au final, ce n'est pas vraiment ce masque que j'aimais... D'ici quelques temps, tu seras majeur et ce ne sera plus un soucis, non ? »

Lui demandait-il en ouvrant les yeux, un sourire étirant tendrement ses lèvres. Jude se recula un peu, reprenant une certaine distance raisonnable entre leurs visages. Sa langue humidifia ses lèvres devenu sèches et il reprit, le rouge enflammant ses joues.

« - Je regretterais plus de te laisser partir, plutôt qu'affronter les autres. Que tu sois une élève ou pas, au final je m'en moque. »

Avouait-il sans pouvoir se montrer plus clair. Pouvait-elle comprendre à présent où il voulait en venir ? Jude lui laissait le temps de réaliser ses mots... Sa déclaration. Oui, le surveillant venait carrément de sous-entendre son envie d'être avec elle, qu'importe le problème présent. Qu'il soit plus vieux, majeur. Qu'elle soit plus jeune, mineur. C'est juste un détail qui risque de changer d'ici peu. Ce serait idiot de refouler autant de sentiment pour rien. Jude en avait bien conscience.



(c) sweet.lips

Revenir en haut Aller en bas

Watashi wa
Contenu sponsorisé desu





MessageSujet: Re: L'amour c'est compliqué... Pourtant, on ne pourrait pas vivre sans. [Pv Jude]   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'amour c'est compliqué... Pourtant, on ne pourrait pas vivre sans. [Pv Jude]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» •♬Présentation de Jude D. LawFire♬•
» (M/RÉSERVÉ) L'AMOUR DE MA VIE (COMPLIQUE) • 1 personne
» GIFI un amour de caniche toy femelle de 10 ans (34)
» la faim plus fort que l'amour
» Barikad Crew-- Amour Infini-- Honneur à la femme haitienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You and Us ::  :: Sujets Abandonnés-