.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Do not tell anyone [Pv Sumegai Subaru]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Watashi wa
Jung Kei desu

avatar


Date d'inscription : 03/10/2013
Messages : 238

MessageSujet: Do not tell anyone [Pv Sumegai Subaru]   Jeu 31 Oct - 20:38

« My voice, my voice, are the reflection of my emotion, my soul's reflection »


Ce matin j’avais de la chance mon père n’était pas lever quand je suis parti en cour je n’eus donc pas à le supporter dès le matin ce qui était mieux, si seulement la semaine pouvais continuer ainsi ne pas le voir ni le matin ni le soir. Un soupir traversa mes lèvres, ma mère ne rentrais pas avant une semaine et j’ai bien vu qu’en partant cela ne lui plaisait pas des masse de me laisser seul avec mon paternel mais hélas elle n’avait pas le choix et ne pouvais pas m’emmener. Donc une semaine en tête à tête avec mon géniteur génial n’est-ce pas ? Bon je ne vais pas me plaindre ma mère n’était partie qu’hier et grâce a je ne sais quel miracle mon père m’avait ignoré toute la soirée et ce matin il n’était pas réveiller malheureusement je savais que ça n’allait pas durer, que ne donnerais-je pas pour quelque jours loin de ce type. Heureusement que j’avais cours car je ne sais pas si j’aurais pu le supporter toute la journée, je me demande bien comment ma mère fait pour le supporter….

Actuellement j’étais en cours et je dois avouer que celui-ci m’ennuyais fortement, je gribouillais plus sur mon cahier que je n’écoutais le cours chose que le prof avait dû remarquer car je pu sentir par moment son regard posé sur moi, mais comme d’habitude il ne disait rien bien trop habituer à ce comportement venant de moi et puis il n’avait pas à se plaindre j’avais, malgré mon inattention aux cours des notes pas trop dégueulasse et il faut dire que je ne force pas vraiment, après tout vu que j’ai la moyenne partout pourquoi me forcer à faire mieux ? Je lâchai un nouveau soupir d’ennui cette fois le professeur allais répliquer mais fort heureusement pour moi la sonnerie retentis me libérant enfin de ce cours ennuyeux à souhait. Je sorti à toute vitesse ne laissant pas le temps à mon cher professeur de m’interpeller pour me faire une énième fois la morale, non je n’avais pas la tête à entendre ses plaintes sur mon insolence, mon manque d’attention et blablabla non je n’en avais clairement pas envie.

Une fois dans le couloir je décidai que je n’irais pas en cours de sport, bien que ce cours sois mon défouloir aujourd’hui je n’avais pas envie d’y aller, aller savoir pourquoi cela me prenais comme ça d’un coup. Mais c’est bien beau de ne pas aller en cours mais que faire pour faire passer le temps ? Aller sur le toit comme à mon habitude et retrouver mon petit ange qui me tient habituellement compagnie ? Non même cela je n’en avais pas envie chose assez rare et puis je ne savais pas si il serait là il faut dire que ce n’était pas comme si on si donnais rendez-vous tous les jours à n’importe quelle heure. Non là je n’avais vraiment pas envie de me rendre sur le toit, pendant un moment je me mis à réfléchir ce que je pouvais faire sans grand succès. Je vagabondais dans les couloirs en espérant ne croiser aucun pion, il manquerait plus que je sois collé, quoi que cela ne me dérangerais pas plus que ça vu que cela me permettrais d’être loin de mon père encore quelques heures de plus ou encore d’aller faire des conneries à droite à gauche.

Une demi-heure déjà que j’étais comme un fantôme dans le lycée jusqu’à ce que je me retrouve devant la salle de musique ouverte, bizarre on dirait qu’il ni y’a personne pas de cours pas un chat, j’y entrai et poussa la porte derrière moi. J’avais trouvé ce que j’allais faire pour tuer le temps, je m’approche du piano et jeta de faon négliger mon sac sur le côté et m’installa sur le petit banc devant l’instrument. J’avais appris à jouer il y a quelque années et c’est tout naturellement que mes doigts se mirent a glissé sur le piano et sans que je ne m’en rende compte ma voix commença à accompagner la musique, chanté rare chose mise a par les ennuies et la violence dans lequel j’ai un certain talent enfin je ne m’en vante pas non plus et puis il faut dire que personne ne sais que je sais chanter.

L’heure passe et je continu de jouer et de chanter laissant transparaitre les émotions que je m’efforce que cacher chaque jour, émotion que seul le chant arrive à faire apparaitre, émotion et sentiment que personne ne connaitra jamais. Finalement je m’arrête en sentent la présence...le regard de quelqu’un, quelqu’un m’avait entendu…

codage par Junnie sur apple-spring

_________________


❝I hate what I've become,The nightmare's just begun,
I must confess that I feel like a monster !❝

BY TCHI ON APPEL SPRING


Dernière édition par Jung Kei le Ven 1 Nov - 17:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Watashi wa
Invité desu

avatar



MessageSujet: Re: Do not tell anyone [Pv Sumegai Subaru]   Jeu 31 Oct - 22:27




ϟ no one does it better


FEAT. JUNG KEI

J'ai longuement tendu ma main vers le ciel pour voir si mes doigts pourraient se rapprocher des nuages. J'ai longuement regardé l’horizon pour voir si la pluie viendrait. J'ai longuement attendu sur ce toit désert pour voir si le temps passerait plus vite. Mes doigts n'ont pas touché les nuages, la pluie n'est pas venu et le temps s'est écoulé lentement.  Alors je suis resté là allongé, sans aucune envie de marcher ou de courir. J'avais la désagréable impression d'être vide, complètement vide. Comme si plus rien ne pouvait m'atteindre. Comme si on dirigeait ma vie à ma place. Je n'étais pas moi, j'étais quelqu'un d'autre. Mon regard morne, éteint, vagabondait tout en espérant croiser quelque chose d'intéressant. Or, ce ne fut pas le cas, mes mirettes s'ennuyaient autant que mon esprit. Pas à pas j'ai descendu les escaliers pour me perdre dans les couloirs, ces couloirs récemment restaurés mais toujours avec cette allure d'hôpital psychiatrique. Chez les fous, oui après tout nous étions chez les fous. Les mecs passant leur temps à prouver leur virilité, et les filles leur féminité. T-shirt déchiré et muscle d'acier, maquillage de poupée et uniforme bien repassé. Depuis l'arriver des minettes les choses se sont quelque peu calmé. Certains pensent qu'il faut faire bonne impression, d'autre veulent étudier. Et moi ? Et bien moi, je ne m'en soucis pas. Mais le ciel est plus gris, moins divertissant, et les cours encore plus chiants. Plus d'activité au plaisir proscris, plus de délices au goût amer. Tout était parti en lambeaux, bien sûr tout le monde ne se soumet pas aux règles et heureusement.

Et j'vais te dire moi ce que je pense ! On en a rien à foutre de tout, absolument rien. On s'en tamponne la cacahuète. S'bien pour ça que je sèche les cours pour éviter d'être confronté à cette foutue autorité qui me les prise.

J'ai chancelé dans le corridor sans me soucier des minutes qui passaient. Quand j'ai soudainement entendu une douce mélodie. Un bruit presque sourd, alors je me suis rapproché de ce sons qui me tendait les bras. De plus en plus près, toujours plus près, encore plus près. Mes doigts se sont délicatement posés sur la porte. Il y avait comme quelque chose de triste, de tendre et de délicat. Mon corps tout entier s'est mit à trembler, j'en avais définitivement perdu le contrôle. Mais cela m'importait peu, j'en voulais plus, je voulais que cette voix suave continue de me parvenir et ce sans jamais m'en lasser. Je voulais que les échos se fassent de plus en plus fort, pour ne plus s'arrêter et les entendre raisonner indéfiniment. J'ai senti mon cœur battre dans ma poitrine, je l'ai senti crier. Il m'a confié ses plus grandes peines, ses plus grandes peurs en une fraction de seconde. Mes yeux se sont clos pour apprécier ces mots qui me meurtrissaient peu à peu. Timidement j'ai entrouvert la porte, la curiosité ne mène guère loin mais elle vous tiraille. Je me suis penché pour découvrir le visage de l'homme à la voix d'ange. Cependant c'est un dos qui s'est offert à moi. J'ai continué de lorgner cette silhouette sans m'en rendre compte. Le temps aurait pu s'arrêter, je n'en avais que faire. C'était là, oui c'était là et pas ailleurs que je devais être, pour ressentir ces émotions, et pas d'autres.
 

Revenir en haut Aller en bas

Watashi wa
Jung Kei desu

avatar


Date d'inscription : 03/10/2013
Messages : 238

MessageSujet: Re: Do not tell anyone [Pv Sumegai Subaru]   Ven 1 Nov - 17:12

« My voice, my voice, are the reflection of my emotion, my soul's reflection »




Je n’osais pas me retourner pour voir qui avait pu m’entendre, j’étais même pétrifier à cette idée. Chanter était pour moi la seule manière de me livrer sans tabou et le fait que quelqu’un ai pu m’entendre c’était comme si quelqu’un avait violé mon âme, cette idée ne me réjouissais vraiment pas. Je pris finalement mon courage à deux mains et me retourna pour voir le visage de la personne qui m’avais entendu, je ne savais pas comment prendre son regard il était là il avait écouté sans un mot, quelqu’un m’avait entendu…Je le fixais sans un mot ne sachant pas quoi dire ou faire, ce mec venais de m’entendre me livré, il venait de m’entendre et je ne savais pas quoi faire. Son silence je ne savais pas comment l’interpréter allait-il se moquer de moi ? Allait-il me juger ?

« Qu’est-ce que tu fais ici ? »

Mon ton était comme toujours froid, il faut dire que le fait qu’un personne est pu m’entendre ne m’enchantait gère au contraire cela m’énervais particulièrement et de plus si ce mec allait répéter a tout le monde que je chantais cela casserais tout, bon c’est vrai j’avais choisi le club de chant mais personne ne m’avait jamais encore entendu chanter jusqu’à aujourd’hui, je ne savais plus ou me mettre il m’avait entendu me mettre à nu. Je pourrais le menacer pour qu’il dégage le plus vite possible d’ici mais je ne savais pas si ce geste était bienvenu et puis à cause de cela il pourrait justement aller voir d’autre personne et faire échos du spectacle auquel il venait d’assisté, dire à tous que la brute de Kei poussais la chansonnette quand les autre avait le dos tourné. Je ne voulais vraiment que personne ne le sache, personne ne pourrais comprendre les sentiment que je fais passer dans mes chansons, personne ne pourrais comprendre que chanter est la seule façon pour moi de me libérer de me sortir de cette image de mec froid et brute que je laisse transparaitre, personne ne peux comprendre que chanter est pour moi un exutoire non personne ne peut le comprendre, c’est pour cela que je ne veux pas que ce mec aille répéter a tous ce secret.

« Ne répète a personne ce que tu viens de voir ! »

Cette fois bien que mon ton était toujours froid, dans le timbre de ma voix on pouvait clairement entendre la supplication muette de cette demande, j’espère qu’il pourra vraiment comprendre que pour moi qu’il garde cela pour lui était comme vital. Un soupir s’échappa de mes lèvres, rien n’obligeais ce gars à garder cela pour lui après tout qui gagnerait il ? Rien. Il ni gagnerait rien à garder cela pour lui. Mon regard s’encra dans le sien et répéta ma demande.

« Ne dit vraiment rien à personne, personne ne comprendrais »

Peut-être qu’il garderait ça pour lui, peut-être le répétera-t-il la balle était dans son camps. Mon regard lui faisait comprendre que je ne voulais vraiment pas que d’autre le sache, chanter était une partie de moi que je voulais cacher je ne voulais pas que d’autre le sache c’était trop tôt…beaucoup trop tôt…

codage par Junnie sur apple-spring

_________________


❝I hate what I've become,The nightmare's just begun,
I must confess that I feel like a monster !❝

BY TCHI ON APPEL SPRING
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Watashi wa
Contenu sponsorisé desu





MessageSujet: Re: Do not tell anyone [Pv Sumegai Subaru]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Do not tell anyone [Pv Sumegai Subaru]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un grand malade en subaru
» Un sentiment plus fort que la peur - [Law/Subaru/Lylin]
» Blague détective conan
» Ehhh les gars ! Et Subaru ça vous dit quoi ?
» [Diabolik Lovers] [M] Let's party!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You and Us ::  :: Sujets Abandonnés-