.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bang Isabella ▬ Of losing my voice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Watashi wa

avatar


Date d'inscription : 25/10/2013
Messages : 358

MessageSujet: Bang Isabella ▬ Of losing my voice    Lun 20 Jan - 19:54




 Encore elle!



Il y a des jours où il vaut mieux rester coucher. C'est ce que j'ai appris à mes dépends aujourd'hui. Pourtant, tout avait très bien commencer. Sempai Bang m'avait juste demandé d'aller jeter un coup d'oeil dans les archives de la ville. Je me suis pas trop posé de question, chose qui a été vite fait. Mais quand j'ai sorti le dossier de la personne sur qui il voulait avoir des renseignements, j'ai comment dire, fermer tout et je suis parti.

J'admets que je suis au courant que le boss lui a demandé de me former. Mais je ne compte pas spécialement rentrer dans le clan. D'accord que le Boss est un ami de mon défunt père. Mais quand même. On ne va pas s'attaquer au gros bonnet de la prostitution. Même mon frère n'y a jamais pensé à faire ça.

Dans la voiture, je cherchais des explications sur mon comportement. Quand j'ai vu qu'un membre d'un gang avait de sérieux ennuis avec des types assez louches. Vu les costards qu'ils portent, certainement pas des membres d'un gang rival, plutôt des membres d'un clan. Je diminue ma vitesse en passant à côté d'eux, et ne voit pas le signe qui permet de dire si ce sont des amis ou des ennemis pour moi. Mais bon, je ne peux pas spécialement rester là sans rien faire. Surtout que le gamin, je connais la raison de sa venue par ici. Vu que j'étais là quand il a eu l'ordre. J'arrête donc la voiture pour aller lui porter secours. Et c'est ainsi que je découvre à mes dépends, qu'il existe des personnes plus fort que mon frère.

Deux bonnes heures après, assis dans la pièce principal du pavillon japonais, je me fais soigner par l'épouse de l'homme qui doit m'apprendre les ficelles, pendant que celui-ci me traite d'incapable. Et de jolies noms d'oiseaux.[/i] Je ne vais certainement pas trempé dans vos magouilles. Si vous voulez tant avoir cet homme, vous vous êtes trompés de Park. Mais mon frère ne fera pas le boulot que vous souhaitez.

Le ton monte entre le vieil homme et moi. Mais nous finissons à nous mettre d'accord. Je lui apporterai les informations qu'il souhaite mais je ne tremperai pas dans leur affaire. Pour conclure le marché, je suis invité à dîner chez eux. Tu rencontreras ma petite fille. Elle vient d'arriver d'Angleterre et ne comprends pas bien les moeurs japonaises. Son épouse fait même la réflexion qu'on a le même âge. C'est à ce moment là, que les hommes de mon sempai se mettent à saluer une personne. Je me retourne quand mon regard tombe sur elle.


Bang Isabella & Park Jae Sun

_________________


Dernière édition par Park Jae Sun le Jeu 23 Jan - 14:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Watashi wa

avatar


Date d'inscription : 16/01/2014
Messages : 20

MessageSujet: Re: Bang Isabella ▬ Of losing my voice    Mar 21 Jan - 22:46



       
and your heart is the heart of a life
Tenue. - Elle avait toujours su que son grand-père trempait dans des affaires... Peu légales. Sa mère lui avait même dit une fois que c'est en partie pourquoi elle avait décidé de quitter le Japon. Elle n'aimait pas cette ambiance, n'avait pas voulu que sa fille grandisse dans cette ambiance. Pourtant, ce n'était pas de petits clans qu'on parlait, oh non. Mais du grand banditisme, de la vraie mafia japonaise. Son grand-père avait longtemps secondé le chef du clan, avant de prendre une sorte de retraite déguisée. Déguisée parce qu'il supervisait encore certains projets, dans l'ombre, et que les tâches les plus délicates lui revenaient puisque le chef avait une confiance aveugle en lui. Telle que celle de former les jeunes recrues, par exemple.

Mais, bien qu'elle savait qu'il trempait dans des affaires peu légales, elle n'avait jamais montré son approbation pour autant. Au contraire, même. L'illégalité, la mafia, très peu pour elle. Et il lui arrivait souvent de tenter de lui faire subtilement comprendre... Qu'elle préférerait qu'il ne s'en mêle plus. Sans grand succès, évidemment.

D'autres n'hésiteraient sûrement pas à se vanter de la protection que cela leur décernait : car, rendons à César ce qui revient à César : en étant la petite-fille de l'ancien second de l'un des clans les puissants du pays, et d'Asie, elle était plus que protégée... Tout bonnement intouchable. Il lui suffirait de parler à son grand-père de l'un de ses problèmes pour qu'il soit réglé en un claquement de doigt. Mais il n'en était rien. Elle ne le faisait en aucun cas. Comme lors de la fin de son rendez-vous d'il y a quelques jours, avec un parent d'élève. Le tuteur, un certain Park Jae Sun, n'avait pas hésité à la juger et à lui dire les pires atrocités qui soient, sans même la connaître plus que cela. Et elle était rentrée dans un état déplorable, avait passé sa soirée à pleurer dans les bras de son grand-père, à se confier à lui... Pourtant, elle ne lui avait pas demandé de s'en mêler. Tout comme elle avait omis de lui parler des menaces qu'il avait conféré contre elle. Elle se considérait comme une grande-fille, n'ayant aucunement besoin de la protection de qui que ce soit. Pas même de son aîné, qui ne lui voulait que du bien.

Bref. Après une longue journée de cours, et quelques heures à corriger les copies, là voilà qui rentrait, comme à son habitude. Elle pouvait entendre des voix d'homme avant même de passer la porte du pavillon, et elle y était habituée. Enfant, elle les avait déjà rencontrés pour la plus part. Et tous connaissaient la petite Isabella qui était désormais devenue une belle jeune femme, dont son grand-père n'hésitait pas à parler à qui le voulait bien. Il n'avait qu'elle, comme descendance. Et il en était plus que fier. Ma petite-fille par ci, ma petite-fille par là. Puis, aussi étrange que cela puisse paraître, il était fier de son sens du devoir, des responsabilités, bien qu'il préférerait souvent qu'elle le laisse au moins lui venir en aide un minimum.

« Grandpaaaaa ! Grandmaaaa ! » En sautillant, à la manière d'un enfant, elle vint déposer un baiser sur la joue de sa grand-mère tout en l'enlaçant, avant de se ruer sur son grand-père, venant l'entourer de ses bras tout en s'asseyant contre lui, tout sourire. « Oh gosh I'm so hungryyy ! Hello everybody ! » Elle se tourna alors enfin vers les invités, en les saluant d'un petit signe de main, accompagné de son éternel sourire chaleureux... Avant que son regard ne tombe sur une certaine personne. Sur lui. Sur Jae Sun. Et aussitôt, son sourire disparut. Au point-même que son grand-père s'en étonna, lui demandant ce qu'il se passait. « Que fait-il ici ? Que fait-il CHEZ NOUS ? » Tiens-donc, maintenant il se rendait donc dans le domicile des prostituées ? Puisqu'elle en était une, d'après ses dires. « Yah. La réponse est adressée à toi, surtout. Qu'est-ce que tu fais chez nous ? Tu es venu mettre tes menaces à exécution, c'est ça ? Je crains pour toi que tu sois en minorité ici. » Oh oui, la blessure était fraîche. Et encore, c'était peu dire.
FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Watashi wa

avatar


Date d'inscription : 25/10/2013
Messages : 358

MessageSujet: Re: Bang Isabella ▬ Of losing my voice    Jeu 23 Jan - 14:49




 Encore elle!



L'homme qui m'apprend le métier, est une personne âgée. L'âge de mon grand père environ. Et franchement, je ne doute pas un seul instant qu'ils soient amis ou au moins travailler ensemble. Kwang Ho et moi, ne savons rien de vraiment précis sur la famille Park. A part que notre père était un redoutable avocat. Magouille et compagnie? Nous n'en savions rien. Jusqu'au jour, pour moi, où un homme me contacta en me disant qu'on allait me former pour que je sois le digne héritier de mon père. Chose que je n'ai pas dis à mon frère. Le pauvre a déjà bien à faire avec le gang de bras cassé. Et je ne le vois pas supporter les responsabilités que ça en comble d'être l'héritier de maître Park.

C'est aux cours des discussions que j'ai apprit que mon paternel n'était pas un simple avocat, loin de là. Il était réputé pour choisir les cas les plus compliqués. Ca rien d'étonnant. Mais ce qui m'a le plus surpris c'est qu'il travaillait pour la mafia coréenne. Oh pas la petite mafia de rien du tout, mais celle qui fait tremblée le pays. Celle qui dirige même la Corée du Sud. Et moi, on a décidé de me former pour que je devienne comme lui, un requin. Un homme qui n'a pas peur de prendre l'argent des pauvres pour donner au riche. Le pourparler, celui qui sait se défendre avec un flingue. Qui n'a pas froid aux yeux pour rien du tout. Froid aux yeux est assez vite dit, je crève de trouille de découvrir d'autres choses sur ma famille.

L'homme qui doit m'expliquer les ficelles de mon rang est actuellement entrain de me parler de sa petite fille. Il a un sourire sur ses lèvres en parlant d'elle, c'est attendrissant. Est-ce que notre famille nous aime autant que lui donne l'impression de l'aimer? Je ne pense pas, depuis la mort de nos parents, ça a toujours été Kwang Ho et moi, personne d'autre. Et d'une certaine façon, c'est tant mieux. Je ne crois pas que j'aurai supporté qu'on soit entouré de tant de tendresse. Il m'explique qu'elle ne connait pas les moeurs japonaise vu qu'elle a grandi en Angleterre. La conversation va bon train pendant que son épouse soigne l'éraflure sur ma joue gauche. Des questions sur la France me sont posés.

Quand soudainement, une voix féminine se fait entendre dans mon dos.
Grandpaaaaa ! Grandmaaaa ! La petite fille prodige vient de rentrer. Sa voix me rappelle étrangement quelqu'un. La jeune femme passe à côté de moi, sans me voir. Sautillant jusqu'à sa grand-mère qui range la boite de premier secours. Puis va ensuite embrasser son grand-père. Je cache mon sourire derrière ma main, trouvant amusant et mignon sa façon de se comporter. Ses bras autours de son grand-père, je la détaille avant de faire des yeux étonnés. Que fait la prostitué ici. Ne me dites pas que c'est sa petite fille.

Merde! Dans quel merdier, je me suis fourré, moi. Jae mon vieux, tu es un homme mort. Je détourne la tête trop tard, notre regard ce croise.
Que fait-il ici ? Que fait-il CHEZ NOUS ? Je me ratatine sur place, essayant de rentrer ma tête dans le col de ma chemise. Si elle est vraiment sa petite fille, je suis mort de chez mort. Je vais certainement me retrouver attacher avec des chaines et jeter dans la rivière la plus proche. Les conversations se calment en l'entendant hurler sa question. Et moi, comme un brave, j'ai envie de fuir loin de tout ça, ne voulant pas me retrouver blanchit demain matin.

Yah. La réponse est adressée à toi, surtout. Qu'est-ce que tu fais chez nous ? Tu es venu mettre tes menaces à exécution, c'est ça ? Je crains pour toi que tu sois en minorité ici. J'ai peur d'un coup, surtout quand son grand père lui demande si nous nous sommes déjà rencontré. On peut dire ça comme ça.. Mon regard l'implore de ne pas dire la vérité, de mes lèvres je mime un pardon. Je ne savais pas qu'elle n'avait pas été éduqué dans la culture japonaise. Je ne le savais vraiment pas. Votre grand-père fut un ami de mon défunt père. Lorsqu'il a su que j'étais au Japon, il m'a proposé gentiment de venir prendre un verre. Mensonge quand tu nous tiens. Je ne sais pas si elle est au courant pour les activités du vieillard aussi, donc je mens, encore et toujours, comme mon futur boulot veut, comme ma fonction va me permettre de mentir, d’embellir la vérité. En parlant, je soulève mon verre de cidre pour lui montrer que c'est vrai.

Nous n'avons pas été correctement présenté lors de notre dernière rencontre. Je m'appelle Jae Sun, héritier de feu maître Park de Corée du Sud. Et je suis enchanté de faire votre connaissance mademoiselle Bang. Encore un peu, j'ai faillit me lever pour lui faire un baise main. Oh et puis zut. Je me lève pour m'approcher d'elle, et attrape sa main pour y déposer un baise main. Avant de saluer comme il se doit, penchant mon buste et regardant mes chaussons. On raconte que beaucoup de personne sont mortes la tête tranché quand les Samouraïs faisaient la loi au Japon car ils saluaient de la mauvaise manière. Pardonnez mon comportement de notre première rencontre. Je n'étais pas moi-même ce jour-là.



Bang Isabella & Park Jae Sun

_________________


Dernière édition par Park Jae Sun le Mar 11 Fév - 15:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Watashi wa

avatar


Date d'inscription : 16/01/2014
Messages : 20

MessageSujet: Re: Bang Isabella ▬ Of losing my voice    Dim 26 Jan - 23:54



and your heart is the heart of a life
L'une des raisons pour lesquelles son grand-père cherchait tant à la protéger en général et à la couvrir d'autant d'amour que possible, faire en sorte qu'elle ne manque de rien... Est qu'une fois, la jeune femme a manqué de se faire assassiner par sa faute. Pourquoi ? On en avait après lui, et quel meilleur moyen de l'atteindre que de passer par sa petite-fille chérie ? Un tueur à gage avait été sa trousse, mais n'avait pas réussi son coup. Fort heureusement. Néanmoins, son grand-père n'arriva jamais à s'en remettre. C'est à la fois pour se racheter mais aussi pour s'assurer qu'elle sera à l'abri de tout événement du genre qu'il prend tant soin d'elle désormais. Puis aussi parce qu'il l'aime, et qu'il a toujours pris soin d'elle de toute manière, il fallait l'avouer.

Il ne disait pas grand chose de ses affaires à Isabella. Pourquoi ? Parce qu'elle n'appréciait pas la mafia, et qu'il le savait. De plus, il était censé avoir pris sa retraite. Sa retraite totale. C'est d'ailleurs pourquoi sa mère avait accepté de la laisser s'envoler pour le Japon, jugeant son départ vers le pays du soleil levant trop dangereux dans le cas échéant. Et puis, c'était mieux ainsi : moins elle en savait, et moins elle en risquait. Alors, évidemment, elle ne soupçonnait rien de sa collaboration avec Jae Sun, du rôle de mentor qu'il avait à son égard... Elle se doutait bien qu'il n'avait pas pris sa retraite totale – se couper de la mafia une fois pour toute ? quasi impossible à faire pour ce cher grand-père – et que cela expliquait la présence des autres hommes, mais elle était tellement habituée à leur présence qu'elle se contenta de les saluer sans prendre le temps de passer en revu le visage de chacun.

Pourtant, elle finit par remarquer celui de Jae Sun... Comment aurait-il pu lui échapper après l'altercation qu'ils avaient eu ? Elle était rentrée dans un état de détresse totale, car bien qu'elle avait pris sur elle devant lui, dès qu'elle était sortie de la pièce... Elle avait explosé. Ses mots l'avaient atteinte et blessée au plus profond d'elle-même. C'est dans les bras de son grand-père qu'elle avait d'ailleurs pleuré, et qu'elle s'était confiée. Puis il avait été celui qui lui avait remonté le moral, lui disant de ne pas se soucier de telle et telle chose, qu'elle n'en avait que faire des jugements, qu'elle était libre d'agir et de s'habiller comme elle le souhaitait puis surtout, que surtout, elle ne devait jamais au grand jamais laisser quelqu'un lui dicter sa loi, d'une quelconque manière que ce soit.

Désormais, Jae Sun était chez elle, et elle comptait donc bien dicter sa loi. Son grand-père demandait s'ils s'étaient déjà rencontrés... Elle préféra ne pas répondre. Il valait mieux pour leur invité, non ? Tiens donc. Il faisait moins le malin désormais. « Votre grand-père fut un ami de mon défunt père. Lorsqu'il a su que j'étais au Japon, il m'a proposé gentiment de venir prendre un verre. » Son grand-père, ami avec son défunt père ? C'est que son père devait être un mafieu alors. Ce fut la première pensée qui lui vint à l'esprit avant qu'elle ne se ressaisisse. Le plus important dans cette phrase c'est surtout qu'il était le fils d'un... Ami à son grand-père ? Un ami ! « Nous n'avons pas été correctement présenté lors de notre dernière rencontre. Je m'appelle Jae Sun, héritier de feu maître Park de Corée du Sud. Et je suis enchanté de faire votre connaissance mademoiselle Bang. » Elle eut un petit rire. Un petit rire amer. Oh que oui, amer. « Mademoiselle Bang... Tiens donc, je suis une demoiselle maintenant ? » Cela faisait écho à son appellation de la fois dernière. La « prostituée ». Puis, le plus surprenant fut lorsqu'il vint prendre sa main pour... L'embrasser. Un baise-main ? Elle fut si étonnée qu'elle n'eut pas le temps de la lui retirer. Et alors que son grand-père souriait, amusé devant une telle scène, la jeune femme se contenta de grimacer en détournant le regard, alors qu'elle retirait sa main. « … Nous en reparlerons une autre fois. » Qu'elle se contenta de répondre. Et c'était une belle fleur qu'elle lui faisait là. Elle connaissait son grand-père. Elle connaissait les hommes qui étaient en sa compagnie. Si elle venait à lui dire que c'était lui qui l'avait fait pleurer le soir dernier, sûrement que... Jae Sun ne ressortirait pas vivant, ou alors avec les jambes et les bras en moins. Autant que son grand-père n'en sache rien et ne s'en mêle pas, donc.

« Et cesse de me vouvoyer, ça paraît tellement faux sortant de ta bouche. » Mais ce n'est pas pour autant qu'elle allait être agréable. Elle lui évitait déjà de se faire démembrer, c'était un grand présent, mais elle lui en voulait encore, énormément. « Tu embobines peut-être mon grand-père, mais ce ne sera pas pareil avec moi. »
FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Watashi wa

avatar


Date d'inscription : 25/10/2013
Messages : 358

MessageSujet: Re: Bang Isabella ▬ Of losing my voice    Mar 11 Fév - 15:41




 Encore elle!



Se retrouver nez à nez avec la personne qu'on a traité de prostituer, dans sa famille. Ecoutez son grand-père m'expliquer qu'elle a été élevée à l'européenne. La voir devant moi, l'entendre pratiquement me hurler dessus. Ca m'apprendra à oublier que je ne suis pas le seul à me retrouver partager entre des cultures. Mais franchement, ses grands parents auraient pu lui dire que ça ne se faisait pas de porter un décolleté au Japon. Il n'y aurait pas eu de quiproquo, et l'insulte ne serait pas parti seul. Enfin seul, elle l'a cherché à me parler ainsi de mon frère et de ses hormones, ainsi que des autres garçons. Je ne suis pas psychatre ou médecin. Je n'y connais rien moi.

Son index me pointe en parlant. Je me sens mal à l'aise. Surtout que maintenant, je connais le genre de sa famille. Il faut que je me fasse petit tout petit sous peine de ... sous peine que hyeong me retrouve plus jamais sauf au fond de l'océan bouffer par les poissons. Chose qui n'est pas ma perspective d'avenir. Je réponds à son grand-père, avec un sourire poli, un masque sur mon visage. Pourtant, je ne peux m'empêcher de faire un aller retour entre les membres de cette famille. C'est vrai quand y regardant de plus près, on peut voir des traits communs. Comment, est-ce que je suis passé à côté de ça.

Doucement, je me lève pour me diriger vers cette folle furieuse. Il faut que je garde constance, que je ne montre pas que j'ai peur, que ce que nous racontons est faux, sous peine que je ... Ne pas penser à l'homme qui est en route vers la mer. Surtout pas.
Mademoiselle Bang... Tiens donc, je suis une demoiselle maintenant ?. Outch! Elle fait référence à notre rencontre. Une idée, vite pour la déstabiliser et surtout qu'on ne pose pas de question. C'est ainsi que je lui attrape la main et y dépose un baiser. C'est vieux jeu peut être mais au moins ça à le mérite de l'étonnée. Tout en me redressant, j'aperçois des sourires amusés de la scène qui vient de se passer sous les yeux. Ouff! Nous en reparlerons une autre fois. Le message est clair, elle ne laissera pas passer mon comportement de notre première rencontre. Je m'incline une nouvelle fois pour lui montrer ma soumission. Surtout ne pas la contrarier, loin de là.

Pourtant, je n'ai pas le temps de retourner m'assoir à la table, qu'elle s'approche de moi, et me susurre.
Et cesse de me vouvoyer, ça paraît tellement faux sortant de ta bouche. Et de reprendre encore plus bas. Tu embobines peut-être mon grand-père, mais ce ne sera pas pareil avec moi.

Je me retiens de rire à l'entende de cette phrase. Si seulement, elle savait. J'hoche la tête avant de me rassoir. Sa grand-mère, nous fait la remarque que nous formons un joli couple, pile au moment où je porte mon verre à ma bouche. Le liquide n'a pas le temps de descendre qu'il se retrouve expulser sur la table. Excusez-moi. Je sors la serviette éponge de ma poche, un cadeau de Hyo Sun de notre après midi au zoo, et me met à essuyer la table base. Tout en parlant. Je ne pense pas que je sois le genre de personne qu'apprécierait votre petite fille, madame. Il lui faut certainement une personne moins... Je m'arrête dans mon geste, cherchant le mot juste.







Bang Isabella & Park Jae Sun

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Watashi wa

avatar


Date d'inscription : 16/01/2014
Messages : 20

MessageSujet: Re: Bang Isabella ▬ Of losing my voice    Dim 20 Avr - 11:29



and your heart is the heart of a life
Son grand-père mettait un point d'honneur à ce qu'elle s'habille comme elle le voulait. Peu importait les gens. Peu importait les autres. Seule elle importait, seule son bien-être. Ne pas changer ce qu'elle était, ne rien changer, rester fidèle à elle-même... Voilà ce qui était crucial à ses yeux. Et puis, il était un yakuza, il n'avait pas pour habitude de se plier aux règles de la société, de prendre en compte l'avis des autres. Alors, évidemment, il ne lui avait fait aucune remarque sur son style vestimentaire. Au contraire, il lui avait simplement dit que dans ses tenues, même miss Japon pâlirait face à elle. Enfin bref, cela expliquait donc qu'elle n'ait littéralement rien changé à ses habitudes. Pourtant, elle en avait des regards étranges, et devait faire face à des comportements tendancieux, notamment de la part de ses élèves, de Kwang Ho plus particulièrement. Combien de fois avait-il tenté de lui pincer les fesses, ou alors de se frotter à elle lorsqu'elle l'appelait au tableau, ou alors de lui proposer un petit tour dans une chambre, rien que tous les deux... C'était d'ailleurs pour éviter que tout cela ne se reproduise dans le futur qu'elle avait appelé Jae Sun, pensant qu'il saurait parler à son frère, qu'il saurait le raisonner. Il lui faisait perdre toute crédibilité en tant que prof... Elle ne pouvait pas rester là à admirer les dégâts, les bras croisés, non ? Mais, finalement, le jumeau avait été pire que l'élève. La traitant de prostituée. Elle avait fini en larmes, elle n'en avait rien oublié, de cet incident. Et le voir ainsi, chez elle... Elle crut rêver. Un cauchemar, non ?

Tout de même, ce qui était drôle, c'est que les rôles étaient totalement inversés. Il semblait être en mauvaise posture. C'était à son tour de se sentir mal, et non plus à elle. Il était dans sa maison, entouré de sa famille, de ses protecteurs... Et sûrement que si elle avait été sadique, cruelle, elle aurait profité de cette petite réunion pour dévoiler au grand jour toutes les paroles violentes qu'il avait eu envers elle. Ainsi, son grand-père serait sorti de ses gonds, et le pauvre Jae Sun n'aurait pas fait long feu... Mais, Isabella avait un bon fond. Oui, elle était sûrement trop gentille. Car plutôt que de déclencher une troisième guerre mondiale, elle décida plutôt de lui faire comprendre que, bien qu'elle ne ferait rien pour le moment... Eh bien, elle ne laisserait pas passer l'affaire. Mais, qu'elle ne dirait rien en tout cas. Pas là, pas maintenant. Pour éviter de l'envoyer droit dans la tombe.

Bref, alors qu'ils reprenaient chacun leurs distances, elle entendit sa grand-mère dire quelque chose... Qu'elle n'aurait jamais dû dire. Eux deux ? Former un beau couple ? C'était une blague, non ? Jae Sun avait recraché ce qu'il y avait dans son verre, mais elle, de son côté, bien qu'elle ne buvait rien, elle manqua tout de même de s'étouffer avec sa propre salive. Aigoo... N'avait-il pas pu trouver une autre personne pour la caser avec ? Une autre personne que lui ?! Alors qu'il essuyait les dégâts qu'il avait fait sur la table, la jeune anglaise se contenta de soupirer en se massant les tempes. S'ils savaient ce qui s'était passé entre eux, jamais ils ne diraient ça. « Je ne pense pas que je sois le genre de personne qu'apprécierait votre petite fille, madame. Il lui faut certainement une personne moins... » Pour une fois, il n'avait pas tort. Une personne qui la traitait de prostituée et la jugeait... Non non, ce n'était définitivement pas ce qu'il lui fallait. « Moins comme lui, en fait ! » qu'elle lança alors, avant que sa grand-mère laissera échapper un « Isabella ! Voyons ! » d'un air incrédule. Eh bien oui, ils devaient se demander ce qu'il se tramait. « Je voulais dire par là, une personne plus ouverte d'esprit, jugeant bien moins sur les apparences... Voilà ce qu'il me faut ! » Pauvre famille. Ils ne devaient définitivement plus rien comprendre ce qu'il se tramait entre eux deux.
FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Watashi wa
Contenu sponsorisé desu





MessageSujet: Re: Bang Isabella ▬ Of losing my voice    

Revenir en haut Aller en bas
 

Bang Isabella ▬ Of losing my voice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 03. "Losing my religion" # Ash
» Isabella Eloïse Carter {OK}
» 01. Losing your mind
» Big Bang Theory
» Une Isabella perdue & une odeur alléchante. [PV P'tit Tuc ^0^]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You and Us ::  :: Autres quartiers :: Habitations-